INFORMATIONS

Le changement climatique menace la santé publique de l'Europe

Le changement climatique menace la santé publique de l'Europe


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les spécialistes du changement climatique et de la santé mettent en garde contre le danger que représente le réchauffement climatique pour la santé publique en Europe, car des températures plus élevées contribuent à la propagation de maladies rares dans la région et qui peuvent être mortelles.

L'été dernier, l'Europe a dû faire face à des températures élevées, à des sécheresses et à de terribles tempêtes, en plus de souffrir de la chaleur et des incendies de forêt causés par l'extrême sécheresse des forêts.

Il y a également eu une augmentation des cas de virus du Nil occidental, qui ont tué 71 personnes au début du mois, et la propagation de dangereuses bactéries vibrions dans une mer Baltique exceptionnellement chaude.

Le virus du Nil occidental est une infection causée par un moustique qui peut entraîner des problèmes neurologiques et même la mort. Plusieurs espèces de bactéries vibrions provoquent une vibriose, qui peut entraîner des infections cutanées mortelles ou des problèmes gastro-intestinaux.

Des alertes ont également été signalées car le réchauffement climatique augmentait le risque de maladies transmises par les tiques et la propagation géographique des moustiques vecteurs, provoquant des maladies telles que la dengue, le chikungunya et le Zika.

Les spécialistes observent que le changement climatique n'est que l'un des facteurs qui affectent la propagation des maladies tropicales en Europe, d'autres peuvent être les voyages, l'urbanisation non planifiée, bien que cela coïncide avec le fait que les changements de température, de précipitations et d'humidité facilitent la propagation. et la survie des moustiques, entre autres vecteurs, et par conséquent des infections.

Jan Semenza, directeur de l'évaluation de la section scientifique du Centre européen de contrôle et de prévention des maladies, a déclaré à IPS: «Le réchauffement de la mer Baltique est clairement lié au changement climatique et à l'augmentation des températures de surface de la mer. est liée à (l'augmentation) des bactéries vibrions ».

"Les projections du changement climatique pour la température de surface de la mer indiquent une tendance à la hausse marquée pendant les mois d'été et un risque relatif accru de ces infections dans les décennies à venir", a-t-il ajouté.

Anne Stauffer, directrice de la stratégie de l'Alliance non gouvernementale pour la santé et l'environnement (HEAL), a déclaré à IPS: «En termes de sensibilisation du public, la vague de chaleur de cet été a vraiment fait comprendre aux gens que le le changement climatique se produit en Europe et nous devons faire face à ses menaces ».

«Avant, les gens ne pensaient qu'à l'impact en Afrique et ailleurs, pas en Europe, mais maintenant ils voient que ce continent est également touché», a-t-il observé.

Cependant, il y a une méconnaissance de l'impact du changement climatique sur la santé. Certains spécialistes des maladies tropicales conviennent que dans certains pays, les gens ne sont même pas au courant de certaines maladies en Europe.

"Il ne vient probablement pas à l'esprit de nombreux Britanniques de penser au virus du Nil occidental lorsqu'ils se rendent en Roumanie", a observé Rachel Lowe, professeure associée à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, interrogée par IPS.

En fait, de nombreuses maladies tropicales sont présentes en Europe depuis de nombreuses années, mais confinées aux latitudes sud, tandis que les tiques, dont certaines peuvent causer la maladie de Lyme (avec des symptômes tels que la grippe et des éruptions cutanées) et l'encéphalite (inflammation du cerveau), sont présentes dans de nombreuses régions du continent.

En fait, cette année, il y a eu une augmentation des encéphalites en Europe centrale et méridionale.

Les cas de virus du Nil occidental, qui ont été signalés depuis des années en Europe, ont fortement augmenté et sont apparus plus tôt que d'habitude, attribués à des températures plus élevées plus tôt dans la saison.

L'expansion des maladies transmises par les tiques ces dernières années à des latitudes plus septentrionales et à des altitudes plus élevées a également été documentée.

"L'augmentation de la température en Europe pourrait permettre l'arrivée d'espèces vectorielles tropicales et semi-tropicales, qui permettent la transmission de maladies dans les zones où les basses températures l'avaient empêchée", a expliqué un porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). .

Le bureau de l'OMS pour l'Europe a concentré son attention ces dernières années sur ce qu'il appelle «l'émergence du défi des maladies à transmission vectorielle».

Il a même créé un cadre régional pour la surveillance et le contrôle des moustiques, et a recommandé une combinaison d'actions, telles que l'engagement politique accompagné de ressources financières, ainsi que la participation communautaire pour la protection personnelle contre les piqûres d'insectes et les activités de lutte. de vecteurs.

L'OMS considère que «en raison de la mondialisation, de l'augmentation du volume et du rythme des voyages, du commerce et de la variabilité du climat, les maladies causées par des vecteurs peuvent se propager à de nouvelles zones, affectant de nouvelles populations qui n'y ont jamais été exposées. elles".

«Dans ces zones, la méconnaissance des maladies telles que le virus du Nil occidental, la dengue ou le chikungunya chez les professionnels de la santé, humains et animaux, peut être un défi pour la détection précoce», prévient-il.

«Les gens doivent être plus conscients (des maladies tropicales en Europe). Ils sont plus conscients des maladies infectieuses en général, mais probablement pas tellement du fait qu'il existe certaines maladies infectieuses (sur le continent) », ce qui n'existait pas auparavant, a noté Lowe.

Mais tout n'est pas une plus grande conscience. Les probabilités de contenir, par exemple, une épidémie causée par un moustique, dépendront de nombreux facteurs, tels que "la surveillance de la propagation et le contrôle du moustique", a-t-il dit.

L'OMS a noté la nécessité d'informer les gens pour leur propre protection, et si les autorités doivent veiller à ce que les sites de reproduction des moustiques soient supprimés, les médecins doivent être régulièrement formés pour reconnaître des maladies qui n'étaient pas courantes en Europe.

Mais il y a d'autres spécialistes qui affirment qu'au lieu d'avoir à faire face à des épidémies, les gouvernements devraient travailler pour arrêter le changement climatique et empêcher leur apparition.

"Il y a encore beaucoup de choses qui ne sont pas connues concernant les problèmes de santé liés au changement climatique, et ils ne savent pas comment ils peuvent évoluer", a observé Stauffer.

«Mais la leçon de l'été (boréal) est que nous devons redoubler d'efforts pour lutter contre le changement climatique, non seulement adapter les soins de santé pour faire face à un climat plus chaud, mais aussi agir pour réduire les émissions (polluants)», un point.

"Nous devons réfléchir à la prévention des problèmes de santé en s'attaquant aux causes du changement climatique lui-même", a-t-il ajouté.

Traduction: Veronica Firm


Vidéo: Climat: un coup de froid sur lEurope dans les décennies à venir? (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Simba

    Je suis désolé, mais je pense que vous faites une erreur. Je peux le prouver. Envoyez-moi un courriel à PM, nous en discuterons.

  2. Dugami

    Quels mots...

  3. Sultan

    Je voudrais savoir, merci beaucoup pour une explication.

  4. Godfrey

    Merci d'avoir choisi des informations. Je ne savais pas ça.



Écrire un message